TÉLÉTRAVAIL : LORSQUE LA MACHINE VOUS AURA REMPLACE, VOUS AUREZ TOUT LE TEMPS POUR SURFER ET LIRE CE QU’ELLE ÉCRIT

Photo de Vlada Karpovich sur Pexels.com

Temps de lecture : 7 minutes
Mots clés : IA, télétravail, Covid-19, société, classe moyenne, employés

Chers lecteurs,

Ces dernières semaines, alors qu’un deuxième cycle de la pandémie frappe toute l’Europe, des voix se sont élevées pour renforcer le télétravail. C’est un changement de paradigme assez conséquent pour ne pas être pris à la légère et lorsque je lis les propos d’un épidémiologiste qui insiste sur cette nécessité (Marc van Ranst sur le comité de concertation de ce vendredi : « Rester travailler chez vous deviendra le nouveau slogan », le Soir, 14/10/2020), je me dis que ce spécialiste des virus n’a peut-être pas le logiciel adéquat pour juger des conséquences réelles de ce choix. Et je dois préciser avant toute chose que je suis un télétravailleur partiel depuis plus de 10 ans et je trouve cela formidable et souvent plus efficace. Mais est-ce vrai pour tout le monde ? That’s THE question. Tentons d’y voir un peu plus clair :

Le télétravail est une sorte de monstre du loch Ness né en même temps que l’informatique. Il est donc normal que les premières expériences se soient déroulées à partir des années 1950. Pour rappel, le télétravail est régi par la loi « Le télétravail désigne toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication » (définition du télétravail donné par l’article L.1222-9 du Code du Travail en France). Le scientifique N. Weiner qui a écrit « la cybernétique » en 1949 défini déjà à cette époque le potentiel d’interaction entre la machine et l’homme et son impact sur la société et le travail. Une nouvelle étape est franchie avec l’arrivée du Fax et le développement de l’internet à partir de 1993 règle l’avenir de cette discipline et un accord européen de 2002 permet la déterritorialisation des prestations de services.

Car il est bien question de « services » en ce qui concerne le travail à distance, dont le terme même permet de différencier le mécano, le boulanger ou le coiffeur par rapport à la secrétaire, le comptable ou encore les cadres d’une entreprise. Arbitrairement et pour plus de simplicité, on nommera une différence entre la classe ouvrière et la classe moyenne, bien que ces systèmes de classification mériteraient une autre discussion. L’ensemble des prestataires de services sont donc aujourd’hui capables de réaliser leur métier chez eux… ce fut d’autant plus vrai avec le basculement des serveurs physiques des entreprises au « cloud » complètement externalisé. Mais malgré le développement des techniques de communication (TIC) les employés rechignaient à basculer vers cette délocalisation. Avaient-ils tort ? Peut-être pas.

Sur la question de « services », nous allons définir deux types distincts :

  • Les services « de base » qui correspondent à un travail presque machinique tel qu’écrire une lettre, encoder des factures, faire des recherches de jurisprudence pour une affaire juridique, collecter des informations…. Nombre de tâches menées par des employés aujourd’hui.
  • Les prestations intellectuelles qui correspondent à une recherche de solutions, mettant en exergue des compétences spécifiques et singulières : élaborer une stratégie, développer une agilité systémique pour une entreprise, etc.

Le second n’a pas de risque sur la survie de son métier, en revanche le premier… et nous allons vous le démontrer par les avancées technologiques actuelles.

Mi-octobre, un article est paru dans Kmeme, le blog de Philip Winston, de l’entreprise Tobeva software et blogueur à ses heures. Cet article traite du protocole open AI GPT-3 . L’algorithme a pour but de vous remplacer pour rechercher ou faire quelque chose sur la toile et à partir de votre texte de recherche. Il se base sur des banques de données sémantiques de plus de 175 milliards d’éléments. Les exemples du PoC (Proof of concept sont assez bluffant. En effet, le principe est de simplement lui poser une question, morceaux choisis :

  • Pourquoi le pain est-il si bon ?
  • Peux-tu me trouver une application gratuite qui me permet de modifier les photos sur mon smartphone avec un filtre noir et black de type « photo des années 50 » et qui les transferts en *.Tiff ?
  • Traduis-moi ce texte scientifique en texte moins compliqué et en espagnol
  • Quelle était la vie d’un adolescent dans les années 1980 et est-ce mieux maintenant ?

 ci-dessous, une vidéo complétant et montrant quelques exemples d’applications du protocole GPT-3

Nous sommes clairement face à la prochaine évolution de Google Search, mais aussi d’une réorganisation complète du travail où les tâches de la première catégorie d’employés et cadres sont vouées à disparaitre. Et ce n’est pas pour après-demain, ces technologies sont déjà en usage dans certaines circonstances, leur seul défaut est que leur puissance ne sait pas encore s’installer dans votre PC et que le rendement donné/énergie n’est pas optimum, en d’autres termes, c’est très gourmant et il faudrait des millions de serveurs ultras puissants pour que tout le monde l’utilise. Néanmoins, rappelez-vous la loi de Moore (1969) qui fait doubler la puissance des ordinateurs tous les 18 mois.

Jusqu’à ce jour, les spécialistes s’imaginaient que la destruction disruptive se développerait lentement et sûrement, le temps de redéfinir les nouveaux métiers et laisser le temps à la population de s’y adapter. Or, aujourd’hui, la crise sanitaire a permis de faire faire un bond de 4 à 5 ans dans l’avancée du télétravail. La conséquence est la prise de conscience que les surfaces en bureaux peuvent diminuer. La seconde sera le remplacement des personnes qui ne sont déjà plus dans les bureaux et peuvent être remplacées par des machines et des services en ligne.

 De fait, quelle différence entre une secrétaire virtuelle et une secrétaire chez elle dans le fonctionnement d’une entreprise ? La vidéo de Google Duplex  ci-dessous a déjà 2 ans !

Personne n’a voulu cette situation, la technologie ne s’arrêtera pas parce qu’on n’a peur de perdre des emplois, mais les conséquences sociétales peuvent être terribles et bien plus graves que le nombre de morts du Covid-19. La compression de deux temporalités, celle du développement technologique et celle des changements de modes de travail nécessite du temps, un temps à l’échelle de l’homme et non de la machine. Jusqu’a aujourd’hui, c’était relativement équilibré, la crise et le type de sortie telle celle de Marc van Ranst sont donc très dangereuse pour la solidarité générationnelle. En effet, ce ne sont pas les jeunes qui pâtiront de ces nouveaux paradigmes, mais bien la génération « sandwich », celle qui travaille, qui les subiront de plein fouet. C’est aussi ce qu’on appelle la classe moyenne et rappelez-vous, la révolution ne se fait pas avec les pauvres, elle est menée par les bourgeois. Il faut s’en souvenir avant de proposer des injonctions à travailler chez soi.

Belle journée à vous et merci de votre lecture.

Pour compléter l’analyse :
Journalisme-robot: le soulèvement des machines à écrire, Slate, 27 juillet 2014
Une IA peut-elle écrire à notre place,Almatropie, 1er septembre 2019
Le télétravail dans le monde : Un phénomène récent et une grande diversité de situations, télétravail.fr, 15 octobre 2020

Pascal SIMOENS Architecte et urbaniste, Data Curator. Expert Smart Cities. J’ai commencé ma vie en construisant des villes en Lego, j’en ai fait mon métier. Geeks invétéré, aujourd’hui je joins mes passions du numérique et de la ville au travers d’une expertise smart Cities et smart buildings en travaillant en bureau d’étude (Poly-Tech Engineering) et j’enseigne cette même expertise à l’UMONS et l’ULB.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s