METAVERS FACEBOOK : FAISONS LE POINT DE CE QUI NOUS ATTEND DEMAIN

Temps de lecture : quelques minutes (avec les vidéos qui illustrent le texte)
mots-clés : Facebook, méta, Roblox, métavers, virtuel, VR, Ready Player One

Chers lecteurs,

Cela fait quelques semaines que l’on entend parler des Métavers de Facebook. D’abord prit un peu à la rigolade, cela l’est devenu moins lorsque le holding de FB a changé de nom pour devenir « Meta ». Dès ce moment, beaucoup se sont dit « ah, cela a l’air sérieux ». Explication du monde de demain.

FACEBOOK n’a jamais rien créé, mais Marc est un extraordinaire catalyseur d’idée

La création de Facebook n’est pas à proprement parler une innovation. En effet, les catalogues de Collèges existaient aux USA depuis des décennies. Cependant, permettre de mettre en lien ces catalogues avec les personnes qui étaient éparses dans le monde pour permettre de se retrouver fut le catalyseur de départ de la fabuleuse ascension de la plateforme.

Aujourd’hui, les Métavers existent déjà et particulièrement chez les enfants avec une plateforme comme ROBLOX. Une plateforme de jeux assez anodins… enfin presque… de fait, la plateforme est particulièrement bien monétisée en obligeant les fournisseurs des jeux (extérieurs à la plateforme comme vous pouvez acheter un jeu qui fonctionne sur un OS) à acheter la part du gâteau disponible pour s’installer et offrir leurs services, soit un espace virtuel dans un monde qui n’est composé que de 1 et de 0. Cette plateforme est une accumulation de monde mis sur une carte et où vous pouvez vous balader et développer des expériences. Ces expériences sont proposées par des opérateurs économiques qui paient un droit d’entrée qui se calcule parfois en millions d’euros. Plus vous payez, plus vous graphismes, la complexité du monde que vous créez devient intéressante pour les consommateurs du jeu et donc, potentiellement, plus vous avez d’utilisateurs. Les droits d’entrée pour les joueurs sont gratuits, mais comme dans les freemium, si vous voulez jouer plus et mieux, vous devez payer, souvent sous la forme de micropaiements.

Les Métavers sont donc déjà une réalisée, toutefois Facebook, euh excusez-moi Méta, a décidé d’optimiser ce modèle.

Vers un monde à la Ready Player One…

Lors de la sortie du film de Spielberg, je pense que peu de personnes ne s’imaginaient que ce monde virtuel existerait aussi vite (2045). Pourtant, Facebook est en train de créer l’Oasis. Pour rappel, l’Oasis est avant tout un MMORPG (espace jeu de rôle multijoueur) qui s’est développé à travers le temps pour atteindre un niveau de sophistication énorme dans l’interface personne-machine-monde grâce à la technologie des casques virtuels et les technologies haptiques. Ces deux technologies existent depuis maintenant quelques années dans le commerce. Par exemple le Sony Playstation VR a été commercialisé en 2016… déjà 5 ans alors que les renouvèlements des générations technologiques tournent alentour des 2 ans. C’est cette même année que Mark Zuckerberg a fait sensation (dystopique ?) à Barcelone au Mobile World Congres avec l’image qui a fait le tour du monde :

Derrière l’annonce « L’heure de la réalité virtuelle est venue » se cachait le rachat d’Oculus Rift qui était à l’ époque le meilleur casque de VR sur le marché. Depuis lors, tous les acteurs de ce marché se sont attachés à réduire la contrainte des câbles, etc. Bref, ne plus avoir un fil à la patte. Et lorsqu’on est l’une des entreprises la plus puissante et plus riche du monde, on y arrive plus vite que les autres. Aujourd’hui, Oculus Quest 2 est devenu beaucoup plus souple à l’usage, plus léger avec un meilleur écran. Par comparaison, ce casque est l’iPhone 1 de 2007 lancé le 29 juin 2007, il y a 14 ans. il y a encore du chemin, mais imaginez ce système dans 15 ans.

… Avec tous les clients de la plateforme.

La force de FB est d’offrir aux entreprises qui désirent entrer dans le monde de Méta les profils de leurs potentiels clients afin de créer un monde qui correspond exactement à leurs attentes et individuellement. Imaginez : un bureau virtuel, partagé avec vos collègues et où chacun a une image de tous sur un bureau que chacun a dessiné comme il l’entendait. Vous aimez les bureaux avec des plantes, pas de problème. Et vous, ce sont des bureaux avec des couleurs vertes sur les murs. N’ayez crainte, si les autres collègues n’aiment pas, ils ne le verront pas.

Cette vidéo n’est plus très loin de la réalité et la pandémie a permis de faire rentrer de manière massive le monde entier du travail dans un monde virtuel où le bureau est devenu un écran plutôt qu’un meuble.

Un changement de paradigme total

Dans quelques années, et au fur et à mesure que les caques et systèmes haptiques s’affineront de plus en plus, Méta deviendra un OS-monde virtuel pour utiliser des outils comme Teams, Word, votre boite mail, etc. Bref, une plateforme. Et lorsque vous en aurez marre de travailler, vous partirez quelques instants en montagne, l’air frais en moins et en restant sur place.

Apple a créé une machine dont vous ne pouvez plus vous passer en 14 ans, le smartphone, combien de temps Méta mettra-t-il de temps pour atteindre ce même objectif? Et pour rappel, même si vous n’êtes pas fan de Facebook, au moins vous avez un compte, car pour certaines choses, les inscriptions se déroulent uniquement au travers de cette plateforme. Voilà la force de FB face à ses collègues de la Silicon Valley.

… mais encore…

Certains d’entrevous se disent, là maintenant « oui, mais moi cela ne m’intéresse pas ». Et pourtant, il faut prendre du recul pour se rendre compte que cela concerne tout le monde, du moins tous les démocrates. En effet, la création des métavers de Facebook n’est pas seulement un ultime avatar de Mark. Non, c’est beaucoup plus que cela avec la création d’une extraterritorialité, un espace-territoire virtuel où la constitution sera le contrat que FB vous oblige à signer lors de votre inscription et sa monnaie calculée en NFT (Blockchain).

Par territoire, l’urbaniste que je suis entend la question d’un espace de vie (virtuelle ou non), composé de montagne, de mers, de villes, de bureaux, magasins, espaces publics… tout ce qui peut constituer des espaces d’échanges et d’expériences. Bref, un pays en soit avec toutes les considérations et aménités qui font que ce pays est autonome avec une forme de réalité. D’autre part, ces espaces seront de plus en plus segmentés entre différentes communautés sans jamais se rencontrer. En outre, chaque espace pouvant être traduit visuellement comme celui qui le désire, imaginez une rencontre dans un morceau de ville virtuelle, une « date » avec d’un côté une personne se baladant dans la ville du futur et l’autre la ville médiévale comme modèle. Pas simple de se situer personnellement avec les gouts de l’autre.

En tout état de cause, cette extraterritorialité doit nous poser question aujourd’hui pour organiser la démocratie de demain, une démocratie née dans l’agora, lieu d’échange qui était bien réel. A défaut, la Terre deviendra un contenant et Méta le contenu de nos vies. Je ne suis pas certain que ce soit notre avenir.

source : http://www.architectures-virtuelles.com

Merci de votre lecture attentive, votre ART3MIS.

Pascal SIMOENS Architecte et urbaniste, Data Scientist. Expert Smart Cities. J’ai commencé ma vie en construisant des villes en Lego, j’en ai fait mon métier. Geek invétéré, aujourd’hui je joins mes passions du numérique et de la ville au travers d’une expertise smart Cities et smart buildings en travaillant en bureau d’étude (Poly-Tech Engineering) et j’enseigne cette même expertise à l’UMONS et l’ULB.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s