DO MAKE ARCHITECTURE SUSTAINABLE IS MAKING THE BEAUTY FOR ARCHITECTURE

Temps de lecture : 1 minute + 10 minutes (vidéo)
mots-clés : MoMa, Sculptor, beauty, architecture, sustainability, James Wines, art

Chers lecteurs,

Comme titulaire du cours de typo morphologie au sein de la faculté d’architecture et d’urbanisme de l’université de Mons, j’explique chaque année à mes étudiants de master le cas des supermarchés construits pour Best (aujourd’hui disparu) dans les années 1970-80 par les architectes du groupe SITE.

Ces architectes avaient remis en cause le design des supermarchés et considéraient que le design banal de ceux-ci était voué à l’échec même du concept. Ainsi, afin de les rendre plus durables et donc plus efficaces à long terme, ils proposèrent pour les 7 bâtiments construits, une « œuvre d’art intégrale » donnant envie de se souvenir d’un lieu où les consommateurs étaient passés et ainsi les fidéliser. Une approche radicale, mais qui aujourd’hui où l’ensemble de l’agroalimentaire est remis en cause par les questions légitimes de développement soutenable, montre qu’il est intéressant de revenir sur leurs intentions initiales pour considérer l’avenir de cette industrie et, plus largement, de la question de la place du concept de développement durable dans l’architecture. C’est ce qu’a fait le MoMa à New York en proposant une vidéo récente sur le discours de James Wines dans les années 1970 :

À l’avènement du mouvement de l’architecture verte dans les années 1960, l’artiste et architecte américain James Wines a remarqué un problème : il pensait que de nombreuses conceptions étaient si laides que personne ne voudrait les préserver et qu’elles ne seraient donc pas si « durables » que cela. En réponse, Wines a développé sa propre esthétique architecturale distincte, esquissée dans des dessins, et centrée sur la création de conceptions qui incorporent et répondent à la nature. Ce court documentaire, qui fait partie d’une série de vidéos intitulée Built Ecologies du Museum of Modern Art de New York, explore le travail du studio d’architecture et d’art environnemental Sculpture in the Environment (SITE), que Wines a fondée en 1970 après avoir débuté comme sculpteur. La vidéo se concentre en particulier sur un projet de SITE visant à fournir des conceptions accrocheuses pour neuf magasins à grande surface BEST entre 1972 et 1984, dans le cadre d’un projet non conventionnel visant à « placer l’art là où l’on s’attend le moins à le trouver ».

À méditer, peut-être que la beauté nous sauvera tous dans ce monde bien sombre ? En tout cas, il nous amène à réfléchir sur cette question : à quoi sert la beauté ? Et de Le Corbusier d’ajouter « l’architecture, c’est lorsque l’inutile devient indispensable ».

Bonne lecture et visionnage.

Pascal SIMOENS Architecte et urbaniste, Data Scientist. Expert Smart Cities. J’ai commencé ma vie en construisant des villes en Lego, j’en ai fait mon métier. Geek invétéré, aujourd’hui je joins mes passions du numérique et de la ville au travers d’une expertise smart Cities et smart buildings en travaillant en bureau d’étude (Poly-Tech Engineering) et j’enseigne cette même expertise à l’UMONS et l’ULB.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s