ET SI LE MÉTAVERS DE FACEBOOK ÉTAIT DÉJÀ DÉPASSÉ ?

Lorsque Mark va se déguiser…

Temps de lecture : 2 minutes
mots-clés : Métavers, Metaverse, Facebook, Meta, prospective, perspectivism

Chers lecteurs,

Au début des années 2010, nous avons pu participer à une conférence sur la prospective. Une science qui se préoccupe d’imaginer l’avenir. À cette époque, la France et les pays d’Amérique du Sud étaient en pointe, complétés par les pays anglo-saxons. En Europe, excepté la France, cette approche de la science du futur est peu crédible. Pourtant, quelques exemples nous montrent que les prospectivistes ne se trompent pas nécessairement. C’est l’exemple du film Minority Report. Steven Spielberg s’était entouré pour l’occasion des meilleurs prospectivistes en leur demandant ce qui serait possible en 2030. Si vous revoyez ce film, vous constaterez que même s’il date de 2002, nous ne sommes plus très loin de 2030.

Pourquoi ce début sur la prospective ? Parce qu’à la conférence, la femme invitée (dont j’ai malheureusement oublié le nom) commença son exposé en expliquant qu’elle n’avait que 41 ans et qu’en France on trouvait qu’une directrice de 41 ans d’un laboratoire de recherche universitaire, c’était très jeune ! Elle raconta ensuite qu’elle débarqua quelques mois plus tard en Colombie… et que là elle était la plus vieille des spécialistes en prospective dans un pays où la moyenne d’âge des habitants était de 22 ans.

Tout cela pour vous parler de l’univers méta qui a été présenté par Mark Zuckerberg le 28 octobre 2021. Pour un certain nombre de personnes, ses démos furent bluffantes. Pour d’autres, c’était très old School. Si le côté extraordinaire n’est pas à expliquer (on n’explique pas l’extraordinaire), l’ordinaire mérite qu’on s’y arrête.

Le métavers de Facebook est déjà ringard

D’abord, les images et le monde virtuel proposé étaient au pire digne de Tron, au mieux de second life. Si Meta fait cette démonstration aussi « simpliste », c’est parce qu’il sait que mettre en œuvre un système virtuel est très complexe et surtout dévoreur de données, de processeurs et de mémoires vives. On en est encore loin aujourd’hui et tant que la 6G et une évolution des logiciels n’offriront pas une énorme bande passante avec des serveurs gigantesques pour travailler de manière décentralisée, ce ne sera jamais votre petit PC qui vous permettra de vivre une immersion totale.

Second Life, Glamour square

D’immersion il est également question avec les capteurs et tenues haptiques. Aujourd’hui, des tissus intelligents font leur apparition. On est toutefois loin de tenues avec des capteurs réactifs à chaque 1cm² de tissu. Or, pour ceux qui ont déjà pu utiliser un casque de réalité virtuelle, il sait que le manque de sens, excepté la vue, est très déstabilisant. Le Métaverse, comme proposé par Meta/Facebook, est encore très loin de la réalité.

Des tissus intelligents… de la à devenir Haptiques? source image / Futura science.

Cela nous amène à la forme « obsolète » de Facebook, d’une part avec des images datées, d’autre part avec des techniques de science-fiction que seul Spielberg a pu réaliser dans Ready Player One et situer son film entre 2035 et 2040. Une période qui, prospectivement, sera probablement plus propice au développement de ce type de technologie, car tous les éléments que nous avons développés précédemment seraient à maturité.

Finalement,

La présentation de Facebook est désuète, car elle propose une vision tels les premiers épisodes de Stra Trek… en 1966. Lorsqu’on les regarde aujourd’hui, c’est désuet. Néanmoins, elles font sens dans leur propos et idées. Et en 2021, William Shatner décolla avec Blue Origin… mais on est encore loin de la vitesse de distorson.

Merci pour ce suivi sur les Métavers. Nous terminons notre série de février ici.

Pascal SIMOENS Architecte et urbaniste, Data Scientist. Expert Smart Cities. J’ai commencé ma vie en construisant des villes en Lego, j’en ai fait mon métier. Geek invétéré, aujourd’hui je joins mes passions du numérique et de la ville au travers d’une expertise smart Cities et smart buildings en travaillant en bureau d’étude (Poly-Tech Engineering) et j’enseigne cette même expertise à l’UMONS et l’ULB.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s