RE-Blog : Le problème avec les ambitions de Google en matière de soins de santé est que personne ne sait où elles se terminent

Temps de lecture de l’article en ligne : 6 minutes
Mots-clés : médecine, données patientèle, optimalisation des soins, Google, IA

Il y a parfois des lectures d’articles qui vous parlent, c’est le cas de cet article de James Vincent publié le 12 novembre 2019 dans The Verge et que je vous conseille grandement de lire si vous avez été interpellé lors d’une de mes nombreuses conférences sur « is Google God » (disponible via ResaerchGate).

L’article traite, comme exprimé dans son titre, de la manière dont Google s’approprie les données sensibles des assurances santé aux USA. morceaux choisis :

Là où les choses deviennent troubles, il faut se demander: que fera Google ensuite? Que fait-il avec ces données et quelles sont ses ambitions à long terme avec Ascension? Selon les histoires et les communiqués de presse d’hier, Google procède comme suit:

  • «Tester un service qui utiliserait sa technologie de recherche et d’intelligence artificielle pour analyser les dossiers des patients» ( Forbes )
  • Créer «un outil de recherche omnibus pour regrouper les données disparates des patients et les héberger en un seul endroit» ( The Wall Street Journal )
  • «Logiciel de test qui permet aux prestataires médicaux de rechercher le dossier de santé électronique d’un patient par catégories de données spécifiques et de créer des graphiques des informations, comme les résultats des tests sanguins au fil du temps» ( The New York Times )
  • «[Fournir] des outils que Ascension pourrait utiliser pour soutenir les améliorations de la qualité clinique et de la sécurité des patients» (propre blog de Google )
  • «Explorer des applications d’intelligence artificielle / d’apprentissage automatique qui auront le potentiel de soutenir des améliorations de la qualité et de l’efficacité cliniques» ( déclaration d’Ascension )

(…) « Jusqu’à présent, dans le domaine des soins de santé, Google a conçu des outils pour évaluer le risque de maladie cardiaque à partir des examens oculaires , détecter le cancer du sein dans les biopsies et prédire le risque global de décès prématuré d’ un patient . Il a construit des microscopes de «réalité augmentée» , des applications d’assistance pour les infirmières et les médecins , et s’est associé à des dizaines de fournisseurs de soins de santé . C’est même jeter de l’argent dans la recherche anti-âge . En bref, il fait un peu de tout, c’est pourquoi lorsque l’entreprise dit qu’elle a collecté secrètement des données auprès de millions de patients, il n’est pas surprenant que les gens soient méfiants.« 

etc.
Si vous êtes médecin ou simplement intéressé sur ce que l’on fait de vos données, vous devez lire cet article en lien avec ma conférence. Vous ne verrez plus jamais les données médicales de la même manière.

Bonne lecture!

Pascal SIMOENS
Architecte et urbaniste, Data Curator.
Spécialiste Smart Cities et données urbaines, Université de Mons, Faculté d’architecture et d’urbanisme


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s