Re-Blog : COP 2019: comment les mentalités évoluent face au réchauffement climatique?

source : CNN

Temps de lecture : 5 minutes (avec la vidéo)
mots-clés : climat, individus, évolution, mentalités

Comme vous le savez, j’aime toujours prendre du recul. C’est encore le cas ici avec cette étude sortie au moment de la COP25 à Madrid (tiens, à l’heure à laquelle j’écris ces quelques mots, on ne parle plus du Chili…).

L’idée ici est de présenter une étude menée par Ipsos baptisée Obs’COP 2019 a été menée dans 30 pays et auprès de 25.000 personnes représentant 2/3 de la population mondiale. (© Ipsos, EDF). elle s’intitule donc :

Obs’COP 2019
OBSERVATOIRE INTERNATIONAL CLIMAT ET OPINIONS PUBLIQUES

En bref, ce qui en ressort:

– Une forte préoccupation pour le changement climatique
– Si sa réalité ne fait plus débat, son origine divise toujours
– Des confusions persistent sur le rôle des énergies sur le climat
– Une mobilisation qui doit être portée par les gouvernements
– Des actions quotidiennes encore modestes

En matière d’environnement, ce n’est pas le changement climatique qui arrive en tête des préoccupations, mais plutôt la question des pollutions au sens large. Ainsi, sur le podium des inquiétudes mondiales, se trouvent, dans cet ordre, l’accumulation des déchets, la pollution de l’air et le changement climatique. Ce dernier n’arrive donc qu’en troisième position, préoccupant tout de même 40 % des personnes interrogées.

Il apparaît en revanche que la réalité du changement climatique n’est désormais plus contestée que par moins de 10 % des personnes interrogées — presque 20 % aux États-Unis. Même si 23 % doutent encore de la responsabilité de l’être humain en la matière. Des doutes qui apparaissent de manière plus marquée dans les pays les plus émetteurs de CO2 comme l’Arabie Saoudite, les États-Unis ou la Chine.

Justement, la majorité des participants à l’enquête — 61 % pour être exact — identifient bien les émissions de gaz à effet de serre comme responsables du changement climatique. Mais ils restent tout de même 30 % à croire en un phénomène naturel. Et lorsqu’il s’agit d’identifier les secteurs les plus fortement émetteurs de CO2, ils pensent avant tout à l’industrie et au transport. Alors que la production d’électricité — citée par seulement 59 % des interrogés — émet, à elle seule, un quart des gaz à effet de serre que l’on retrouve dans l’atmosphère. (source de l’extrait : futura sciences)


Pour en savoir plus, cliquez ici pour accéder au site dédié.

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s