RE-Blog : Cities need Golilocks housing density – not too high or low, but just right.

JPSKYSCRAPER1-sub-master1050
The One57 condominium tower, under construction on West 57th Street, dominates the view from Central Park. Credit Hiroko Masuike/The New York Times

Voici un chouette article de Lloyd ALTER (The Guardian, édition internationale) relu voici peu de temps , datant de 2014, et que j’aimerais vous faire partager. en substance, cet article nous démontre dans les grandes villes nord américaines, comment la haute densité (et la hauteur tout court!) est un domaine qui est payable pour les individus mais certainement peu pour la collectivité. Il reprend bien sûr les immenses grattes ciels (+/- 85 étages) développés récemment à NY ou Toronto par les grandes pointures comme Ghery et où l’architecture magnifie si ce n’étais nécessaire , la domination de l’argent sur le collectif. comme dit l’auteur  Michael KIMMELMAN : « on ne doit pas acheter la hauteur, on doit la gagner ».
A l’époque où ce débat qui fit rage voici quelques années, il semble qu’il soit tombé en désuétude aujourd’hui :

  • soit parce que les villes ont décidé de bannir les tours
  • soit parce que les villes ont décidé que les tours, c’est bien, quoi qu’il arrive.

une situation quelque peu manichéenne qui n’est pas à la hauteur des enjeux de la densité pour rendre les villes plus durables.

l’article publié dans le Guardian le 16 avril 2014: ici

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s