DATA, ARTS & ADS

J’ai parfois difficile à faire appréhender l’impact des données dans notre vie quotidienne. Plus encore, de faire comprendre la plus-value que cela peut apporter sous la forme de richesse et d’ouverture vers de nouvelles méthodes de pensées et d’actions.

Voici donc un exemple intéressant :

tate_BD

Les portiques le long des axes d'entrée de ville à Londres
Les portiques le long des axes d’entrée de ville à Londres

La TATE GALLERY de Londres a les plus grandes difficultés de nouer les deux bouts. Plus particulièrement, il faut d’abord rappeler que les pays anglo-saxons ont une conception très différentes de la gestion des musées par rapportas aux pays latins tels que la France, l’Italie, etc. En effet, les musées anglais sont, pour la plupart gratuit (ca fait rêver !) et reçoivent très peu de subsides publics pour leur fonctionnement. A contrario, lorsque vous visitez un musée gratuit, il est suggéré de le sponsoriser et votre dont est fonction de ce que à vos yeux, l’exposition « vaut ».

La Tate a vu son sponsoring diminuer de manière significative depuis quelques années et s’est donc lancée dans une importante campagne de publicité… mais pas n’importe comment. En effet, des portiques urbains ont été érigés aux portes de Londres avec des tableaux de maîtres comme appuis commercial. Ces portiques sont reliés à bases de données correspondantes aux différents trafics.

Prenons un exemple : votre vol de Marseille arrive à Heathrow en même temps que le vol de Paris et de Bordeaux. Proportionnément, l’échantillon de francophones sur la route vers le centre-ville est plus important. Avec un délai T+ x Minutes, le temps d’aller chercher ses bagages et prendre un taxi, vous avez de grandes chances de trouver une publicité en français vous invitant à visiter la TG.

Autre exemple : aux heures de pointes, la vitesse est moins élevée et permet de présenter des détails des peintures plutôt qu’une peinture générale…

tate_BD03 tate_BD02

publicité interactive...
publicité interactive…

L’avantage de ce système est la démonstration de la capacité du BD (Big Data) à répondre à l’une des éléments les plus compliqué pour la publicité : réussir à toucher sa cible, ses cibles de la manière la plus personnalisée et ainsi avoir le meilleur impact.

Pour conclure, vous risquez bientôt de voir des portiques de ce type dans de nombreuses villes.

via : Creative Review , L’article original : ici

 

Une réflexion sur “ DATA, ARTS & ADS ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s