Archives du mot-clé mobility

JUNGLE BUS

66da760_29760-5i8kex.yb9mfb6gvi

Qué ca quo? Une application dérivée des usages de la communauté OSM (Open Street Map) et qui va vous permettre, quel que soit l’endroit dans le monde (c’est l’ambition et avec le numérique, tout est possible !), vous puissiez trouver le plan de transport public sur une carte précise. OSM est une communauté de 1.700.000 de géographes professionnels ou en herbes qui développent inlassablement la cartographie dans le monde sur base d’un projet collaboratif auto-vérifié.

L’application Jungle Bus (Android uniquement) offre la même opportunité de développement qui s’inscrit dans cette démarche des générations Millenials prêtes à offrir leur travail pour rien, mais pour autant qu’ils puissent également profiter du produit fini qui est ici à une échelle mondiale. Il semble qu’une communauté de 20 personnes peut couvrir une grande ville sur 3 mois.

1ecf594_29780-1p9dwv5.gd0hs0dx6r

En tout état de cause, le travail est titanesque puisque 6 villes sur 10. Le projet s’inspire de l’initiative Open Source de Managua où un projet similaire a été lancé par l’un des fondateurs du projet et, finalement, fut imprimé en 40.000 exemplaires. Le principe est simple : avec l’application, lorsque vous êtes sur un arrêt de transport public, vous pouvez cliquer dans l’application pour définir l’arrêt. Ensuite, les données sont agrégées sur OSM.

Le projet se veut, avant tout, un nouveau service au public et comme une « alternative à la logique propriétaire de Moovit, Citymapper et Google » explique Flovian LAINEZ, ancien salarié de la SNCF (Chemins de fers français).

Si les concepteurs du projet le dédicacent essentiellement pour les pays en voie de développement comme l’Amérique du Sud et l’Afrique, il n’en demeure pas moins intéressant également pour les villes du nord dont l’alternative à la voiture devient une nécessité.

sources :

LE MONDE | 26.04.2017 |Une appli (vraiment) collaborative pour partager ses données de transport, Par Claire Legros

WE DEMAIN |10.07.2017 |6 villes sur 10 n’ont pas de plan de transports : voici la carte mondiale des lignes de bus |Par

 

 

ALL THE (DIGITAL) ROAD LEAD TO ROME

1601 0-Roads-to-Rome-1024x640

Certes , toutes les routes digitales ne mènent pas nécessairement à Rome mais grâce aux algorithmes, nous pouvons aujourd’hui ne plus perdre notre chemin. c’est le travail des graphistes Philipp Schmitt, Benedikt Gross et Raphael Reimann.

Je vous convie surtout à visualiser la carte interactive qui permet de se déplacer jusqu’à votre ville ou quartier. Pour s’y retrouver,il faut avoir un peut le sens de la représentation cartographique car ce n’est pas référencé avec les villes et villages, mais seulement avec les routes.

Roads to Rome

Pour la Belgique et plus particulièrement la Wallonie, on constate que la E42 est structurante jusqu’à Namur et ensuite rejoint l’autoroute E411… sommes toute, la route des vacances vers le sud! Étonnant… car le processus de représentation a été le suivant :

carte interactive

Une sélection d’une grille-type dans laquelle, chaque carré permet d’avoir un point de départ (une ville ou un village). C’est un processus qui peut également être adapté à toutes les villes d’Europe ou des Etats-Unis bieque pour ce dernier, la structure même du maillage routier permet mieux l’analyse multipolaire qu’une analyse concentrée.

plus d’infos ici sur le processus algorithmique : moovelab

1601 city-paris-lines@2x

Un processus qui met en exergue une capacité de calcul des déplacements selon le temps impartis entre deux points. C’est intéressant à comparaitre à l’échelle de vos propres habitudes.

Belle balade à vous.

CHECK THE INDIVIDUAL MOBILITY OF TOMORROW

extrait du site web.
extrait du site web.

Je me souviens des longues discussions avec un collègue et associé, spécialisé dans la mobilité des villes. Alors que tout le monde ne jurait que par les transports en communs, jugeant avec péremptoirement que l’augmentation du nombre de véhicules automobiles était incompatible avec la dimension des espaces urbains, il précisait que l’évolution technologique et la réduction de la consommation des carburant allait, au contraire, encore augmenter le nombre de véhicules individuels ou, à tout le moins, partagés.

A la lecture de ce très chouette site d’anticipation de la mobilité de demain, il n’est pas loin d’avoir raison. Bon voyage avec la voiture, non pas du futur , mais de demain.

www.ideoautomobility.com

TRANSPORTATION : THE GRID OR NOT ?

le réseau de trasnport existant de Houston

 

réseau futur/proposé pour Houston

La grille, voilà la question qui est posée actuellement à Houston avec la refonte totale de son réseau de transport qui inclut métro, train et bus. Cette question est posée souvent dans le cadre des transports de personnes où s’oppose la question de déplacer des personnes avec le moins de ruptures de charges et le temps contraint qui s’y adjoint.

Par ruptures de charges, nous entendons la question de changer de mode de transport à une station et le temps contraint est le temps passé à attendre entre deux transports. La plupart des spécialistes en mobilités défendent le fait que le transport le plus efficace est celui qui réduit ces deux contraintes. L’objectif avoué étant d’augmenter l’attractivité des transports.

Dans le cas présent, la refonte du réseau de Houston (qui est actuellement à l’opposé de la mise en place d’un réseau sous la forme de grille) offre l’opportunité de penser les transports autrement. Cela signifie directement la nécessité de changer de système/ligne de transport (la rupture de charge) mais avec un engagement de réduction maximale du temps contraint (carte nouvelle et interactive)

Il est difficile de juger du bienfondé de cette option qui, si elle réussit, risque de remettre en cause 2 générations d’ingénieurs et leurs modes de pensée en mobilité ! Globalement, et sans présumer de l’efficacité espérée, je pense que ce type d’approche n’a de sens qu’avec un système de gestion des réseaux de transport qui est totalement informatisé et open source. Pour cette dernière, l’objectif est simple : permettre la création d’applications qui, non seulement vous permet de calculer les cheminements les plus courts et les moins contraints mais également de répondre spécifiquement à votre demande personnelle.

Encore une fois, la question du Big Data vient se poser dans la gestion de la ville, et ici les transports urbains. Toutefois, précisons que ce qui est aussi intéressant c’est que l’allocation des lignes ne devrait pas nécessairement faire exploser les coûts d’exploitation tout en offrant un meilleur service et couvrant un territoire beaucoup plus large. Là aussi, la gestion des données des systèmes de transport devrait contribuer à produire l’effet escompté.

Via le blog : Human Transit, the professional blog of public transit consultant Jarrett Walker

CITIES & MOBILITY

ville de Seattle
ville de Seattle

voici un travail des plus intéressant sur la redéfinition cartographique de la forme d’une ville… en fonction de sa mobilité.

Je serais curieur de voir la cartographie de Bruxelles… l’une des ville les plus embouteillée d’Europe et du monde.

Et ce qui est le plus inétressant dans ce travail remarquable, c’est le fait que nous pouvons imaginer la dimension relative de la ville selon la question du temps et non plus uniquement en fonction des KM parcourus. la ville devient donc naturellement polymorphe, selon l’heure de pointe ou un autre moment dans la journée. Un être vivant…

lien vers l’article : ici

via : ThisbigCity

source (Doc): University of Colorado, geographic Dep.