Re-Blog : Do you know the means of term « ethnoburbs » ?

une photo de Richmond.

Temps de lecture 3 à 4 minutes

Ce terme développé par une chercheuse d’origine chinoise date de 1997 et fut développé par Wei Li, géographe d’origine chinoise ayant passé ses études à L.A. Elle vécut à Monterey Park, brisant tous les stéréotypes des banlieues blanches et riches. C’est ce que nous fait découvrir cet article canadien d’un médium alternatif (The Tyee) et rédigé par C. Cheung le 5 août 2016.

En substance, qu’est-ce qui nous est décrit ?

  • Premièrement, ce sont maintenant les villes moyennes (ou de seconde zoner) qui deviennent attractives pour les migrants à la recherche, non seulement d’un emploi, mais surtout de la qualité de vie. Les échanges de villes secondaires chinoises et ici asiatiques correspondent aux villes moyennes du Canada et des USA.
  • Conjointement, les secondes générations sont parfois plus ancrées dans leur histoire d’origine que les populations migrantes de premières générations (les parents). Cet ancrage n’est pas revendicatif, mais plutôt une opportunité de profiter de la mondialisation : parler plusieurs langes, avoir un regard croisé …
  • Les territoires changent profondément, avec une migration vers les banlieues alors que le début du 20 siècle voyait les chinatown et little Italy fleurir avec l’arrivée massive des migrants. En d’autres termes, les centres-ville ne sont plus le réceptacle de la migration, mais bien des riches (cfr. Gentrification des nombreuses grandes villes américaines et européennes).
  • Ce nouveau type de migration continue à créer des problèmes de cohabitation, entre autres avec la création de distorsion du marché immobilier dans certains quartiers périphériques, mais aussi la mutation d’espaces commerciaux préexistants en nouveau little chinatown.

L’article mérite vraiment une lecture attentive tellement la sociologie de ce mouvement démographique et social nous apprend beaucoup de choses sur les mutations urbaines. Certes, l’Europe offre une approche culturelle différente, néanmoins, nous ne sommes pas si éloignés de ces problématiques… seul le taux de migration est bien moindre que l’ensemble des pays autour de la ceinture de feu.

Lire la suite : Ethnoburbs: le nouveau visage des villes d’immigrants

Et bonne lecture.

Pascal Simoens

Data curateur, urbaniste et architecte

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s