SOCIAL CAPITAL IN CHINA : DATA, CAMERAS & YOU

china

Les élections communales en Belgique se sont déroulées ce dimanche 14 octobre. L’un des sujets récurrents et pour lequel quasiment tous les partis démocratiques étaient d’accord était la mise en place de caméras de surveillances sur l’espace public. Parfois avec certaines situations rocambolesques lorsque les personnes sont confrontées à la réalité de leur intimité…

2018-10-16

Mais connaissez-vous le principe de capital social développé par les autorités chinoises ? Dans la vidéo qui suit, le journaliste de la BBC lance un défi au système en se faisant d’abord enregistrer et ensuite en se baladant en ville. Il prévient que le challenge commence pour être retrouvé et est arrêté 7 minutes après le début de l’expérience.

Une idée qui n’est pas neuve : l’utilisation de la technologie en réseau en tant qu’outil de gouvernance en Chine remonte au moins au milieu des années 80. Comme l’explique l’historien Julian Gewirtz de la Harvard University, « Quand le gouvernement chinois a vu que les technologies de l’information devenaient partie prenante du quotidien, il a compris qu’il aurait un nouvel outil puissant pour à la fois recueillir de l’information et contrôler la culture et pour rendre le peuple chinois plus « moderne » et plus « gouvernable » — éternelle obsession du leadership. » Par la suite, les avancées technologiques dans le domaine de l’intelligence artificielle et l’amélioration des processeurs ont rapproché cette vision de la réalité.

Ces initiatives comprennent le « système de crédit social » de 2014 du Conseil d’État, la loi de 2016 sur la cybersécurité, diverses expériences sur le plan local et corporatif en matière de « crédit social », des plans de « villes intelligentes » et des politiques axées sur la technologie dans la région occidentale du Xinjiang. Il s’agit généralement de partenariats entre le gouvernement et le secteur institutionnel.  L’initiative la plus ambitieuse est le système de crédit social, bien qu’une meilleure traduction en français soit un système de « confiance » ou de « réputation ». Le plan du gouvernement, qui couvre population et entreprises, énumère parmi ses objectifs la « construction d’une transparence dans les affaires gouvernementales, une sincérité commerciale et une crédibilité judiciaire. » (« Tout le monde en Chine a une tante qui s’est fait escroquer. Il existe un réel besoin de s’attaquer à l’effondrement de la confiance du public », affirme Paul Triolo, responsable de la géotechnologie chez Eurasia Group.) À ce jour, il s’agit d’un travail en cours, bien que plusieurs projets-pilotes donnent un aperçu de son fonctionnement en 2020, date où l’initiative devrait être entièrement implantée.

originalzhima-credit-scoreP1-BZ401_CCREDI_9U_20161128113928

Les listes noires représentent le premier outil du système. Au cours des cinq dernières années, le système judiciaire chinois a publié le nom des personnes qui n’avaient pas payé leurs amendes ou ne s’étaient pas conformées à un jugement. Aux termes de nouveaux règlements sur le crédit social, cette liste a été communiquée à diverses entreprises et agences gouvernementales. Les personnes figurant sur la liste se sont vues refuser des emprunts, la réservation de vols aériens et de séjours dans des hôtels luxueux.

Les sociétés de transport national de la Chine ont créé d’autres listes noires pour punir certains usagers qui, entre autres, bloquent des portes ou se bagarrent durant un trajet. Les contrevenants ne peuvent plus acheter de billets pendant une période de six à douze mois. Plus tôt cette année, Pékin a lancé une série de listes noires pour empêcher les entreprises « malhonnêtes » de se voir attribuer de futurs contrats du gouvernement ou des concessions de terres.

Quelques gouvernements locaux ont testé le « pointage » du crédit social, bien qu’il ne soit pas certain que ce système fera partie du plan national. La ville de Rongcheng, dans le nord du pays, par exemple, attribue un pointage à chacun de ses 740 000 habitants, selon Foreign Policy. Tout le monde commence avec 1 000 points. Si vous faites un don à un organisme de charité où vous recevez un prix du gouvernement, vous gagnez des points, si vous enfreignez le code de la route, par exemple en conduisant en état d’ébriété ou en accélérant à un passage piétonnier, vous perdez des points.

Les citoyens avec un bon pointage peuvent obtenir des rabais sur des fournitures de chauffage ou obtenir de meilleures modalités hypothécaires. Ceux ayant un mauvais pointage peuvent perdre leur accès à des prêts bancaires ou à une promotion s’ils ont un emploi auprès du gouvernement. La mairie met des affiches de modèles à suivre, qui ont fait preuve de « vertu » et gagné le plus de points.

« L’idée du crédit social est de surveiller et de gérer le comportement des gens et des institutions », explique Samantha Hoffman de la Mercator Institute for China Studies à Berlin. « Dès qu’une violation est inscrite dans une partie du système, elle peut déclencher une réaction dans d’autres parties du système. Il s’agit d’un concept conçu pour favoriser le développement économique et la gestion sociale, c’est fondamentalement politique. »

Mais le plus important dans cette lecture sociologique d’un système mit en place « pour le bien de la population », c’est la conjonction entre un gouvernement fort et l’apport technologique. Aujourd’hui, cet apport technologique est un fait et, contrairement à ce qu’on imagine, depuis très peu de temps. Seul reste ainsi la question de l’élection d’un gouvernement soit sécuritaire ou libertaire. Et de rappeler qu’en 1955, l’auteur de science-fiction Isaac Asimov a publié une nouvelle sur la « démocratie électronique », où un seul citoyen, choisi pour représenter une population entière, répondait aux questions générées par un ordinateur nommé Multivac. La machine recueillait ces données et calculait les résultats d’une élection qui, conséquemment, n’avait plus besoin d’avoir lieu. L’histoire d’Asimov se déroule à Bloomington, en Indiana, mais aujourd’hui, une machine semblable à Multivac est en construction en Chine.

Prochaine étape ?

Pascal SIMOENS, Urban Planner & architect, Smartcities expert.

Sources :

Comment la Chine gouverne grâce aux données, à l’intelligence artificielle et à la surveillance Web., iatranshumanisme

Système de crédit social, wikipédia

La Chine expérimente un système de notation de sa population, RTBF

En Chine, un système de « crédit social » règlera la vie des citoyens, Le nouveau magazine littéraire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s