Le BIGDATA fait mauvais ménage avec l’environnement

datacenter-google-belgique
photo : data center Google, Saint Ghislain, Belgique

Sur base d’une étude menée par le CNRS (France), les Data centres qui gèrent l’ensemble des données que nous échangeons journellement consomment approximativement (projections) 10% de l’ensemble de l’énergie mondiale, et donc polluent de manière non négligeable.

Pour être plus précis, voici quelques éléments : « Le secteur des nouvelles technologies représente à lui seul entre 6 et 10 % de la consommation mondiale d’électricité, selon les estimations – soit près de 4 % de nos émissions de gaz à effet de serre », dénonce Françoise Berthoud informaticienne au Gricad et fondatrice du groupement de recherche EcoInfo. « Et la tendance est franchement à la hausse, à raison de 5 à 7 % d’augmentation tous les ans. De plus , elle précise également un chiffre édifiant : « Si l’on considère la totalité de son cycle de vie, le simple envoi d’un mail d’1 mégaoctet (1 Mo) équivaut à l’utilisation d’une ampoule de 60 watts pendant 25 minutes, soit l’équivalent de 20 grammes de CO2 émis ».

Dans ces conditions, la faute n’est pas à rejeter uniquement aux GAFA et consort mais également à nos propres modes de fonctionnement d’envois de mails, etc. en outre, 30% de l’ensemble de cette consommation est liée à nos appareils connectés : smartphones, PC portables, etc. D’ailleurs, les opérateurs comme Google sont particulièrement attentifs à réduire leur impact énergétique et plaçant entre autres, leur dernier Data Center en Norvège, proche du cercle polaire, afin de réduire drastiquement les besoins en climatisation « Un processeur, c’est comme une résistance. Presque toute l’électricité qu’il consomme est dissipée en chaleur, détaille la chercheuse. C’est pourquoi, en plus de consommer de l’énergie pour faire tourner ses serveurs, un data center doit être climatisé afin de préserver l’intégrité des circuits électroniques. » explique Anne-Cécile Orgerie, chercheuse en informatique à l’Irisa (Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires).

Alors, peut-être que nous ne pouvons pas nous passez de ces Data centres mais, à minima, essayons de réduire notre propre consommation, non?

source :

CNRS, Numérique, le grand gâchis énergétique

GENT SIDE : Impact environnemental du numérique, des scientifiques tirent la sonnette d’alarmeImpact environnemental du numérique, des scientifiques tirent la sonnette d’alarme

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s