VDM

VDM, TOUF, YAM… quelques initiales pour parler de la vie de M… de chacun au quotidien…

http://www.viedemerde.fr/

Au-delà de l’idée sympa, à mon sens, il y a un vrai phénomène de société émanant de la génération X, autrement dit, les jeunes des années 80. c’était la génération « no future », celle qui a eu une adolescence dorée mais sans avenir tellement les perspectives d’emplois étaient bouchées. A cet effet, une étude récente de la KUL démontre les différences entre cette génération et celle des années 90. l’une des grandes différences est que la nouvelle génération (universitaire) ne se pose aucune question sur leurs avenirs professionnels: ils sont certains d’avoir un job et sont très exigeants pour leur choix de vie futur. …et ils ont raisons puisque les simulations d’Eurostat (premières études en 2000) sont en train de se réaliser : une pénurie d’emplois dans de nombreux secteurs (d’où ce besoin d’imigration « choisie » cher à Sarkosy) et une chômage structurel autour de 6 à 7%.

Pour revenir sur les jeunes des années 80, ils se retrouvent maintenant face à un challenge encore plus important : garantir les pensions de leurs aînés et , aussi, les remplacer aux postes à responsabilités. Sur ce dernier point, il faut constater le « gap » de la génération intermédiaire, les quinquas, qui ont été écrasés par la position dominante des soixante-huitards. Notre génération « X  » a été réprésentée comme une génération « no future ». Il y avait de quoi : découverte du SIDA, chômage, début de la prise de conscience des questions environnementales, Techrnobyl, etc.  Aujourd’hui ces « no future » deviennent les garants du futur de la société occidentale. Oups!

Et en plus de tout cela, on nous demande de faire des gosses! ben oui, c’est dans la nature des choses, non? Certes, mais il faut reconnaître que c’est devenu difficile de les faires ces enfants. Je suis, en effet, effaré par le nombre de mes proches et amis qui ont dû passer par un centre médical de fertilité. Il semblerait que les sprématozoides et/ou les ovules n’apprécient guerre le stress, les ondes électromagnétiques, la pollution ou bien d’autres encore.

Mais soyons optimistes (c’est ma nature); je pense que nous serons tout de même la première génération à avoir des membres du corps bioniques, à rouler à l’eau, à profiter d’écran de télévisions aussi fins qu’une feuille de papier et, pourquoi pas,… profiter de la plage toute l’année à Bruxelles. A condition que le Groenland fonde rapidement, mdr.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s