RE-Blog : TIK TOK ? Entre liberté et conscience politique, la nouvelle appli d’affirmation de soi des ados !

source photos : forbes

Temps de lecture : 5 minutes à lire + article en lien pour approfondissement de votre lecture
Mots clés : Millenials, génération Y, génération Z, Zoomers, Tik Tok, psycho

Avec ce confinement, les adultes semblent avoir repris la main sur la société…. Croient-ils ? La Covid c’est un truc sérieux, les jeunes ne font rien de bon, c’est à cause des réseaux sociaux et de la société numérique en général. Voici ce que nous pouvons lire à longueur de posts, souvent des boomers, mais pas que, toutes les générations sauf les adolescents sont concerné par ce manichéisme digne de la découverte des premiers poils pubères : t’es un homme ou tu ne l’es pas.

Plus sérieusement, je me lasse d’entendre que les jeunes générations sont plus bêtes que la précédente et encore plus bête maintenant parce qu’il y a des réseaux sociaux stupides. Précisons d’ailleurs que souvent, ce sont les mêmes personnes qui critiquent ces réseaux qui en sont eux-mêmes grands consommateurs, particulièrement le réseau Facebook (un truc vraiment pour les Boomers) et Twitter (ceux qui sont plus engagés). Plus jeune, la génération Millénials est une génération « Instagram » où tout est beau et léché. Les Pin-Up des années 50, remplacées par les Naomi Campbell ou Cindy Crawford de ma génération sont aujourd’hui remplacés par les mannequins inconnus, mais beaux comme des Ferraris et de gros camions. Aujourd’hui, c’est TikTok, le réseau social chinois qui fait fureur, particulièrement pour la génération Z, c’est-à-dire les moins de 15 ans. Un réseau social où les acteurs et mannequins sont tous les membres du réseau, vous, moi, eux… et dont le principe initial est de se mettre en scène sur une musique. Ça fait des mini vidéos que quelques secondes, passées en boucles. La force de Tik Tok est son algorithme qui, dès que vous avez pioché sur les vidéos qui vous sont proposées, s’adapte à votre demande.

Travaillant beaucoup sur l’analyse des réseaux sociaux, j’ai bien sûr un compte Tik Tok, mais contrairement aux autres réseaux, j’ai énormément de difficultés à sortir du carcan dans lequel Tik Tok s’inscrit de manière algorithmique. C’est impressionnant et aussi puissant, dans un autre but, que Google Search ! On ne peux donc en voir que ce que la machine veut bien vous montrer, selon vos gouts. Mais revenons à nos moutons, cette fameuse génération « dont on ne fait plus rien de bon ». Eh bien, détrompez-vous, car s’il y a des chercheurs comme moi qui travaille sur les contenus des réseaux sociaux et plus particulièrement ici sur le contenu de ces micro vidéos musicales, il y a aussi des chercheurs psychologues qui analysent les comportements sociaux. C’est l’objet de l’article du journal Le Temps (CH) intitulé entre liberté et conscience politique, la nouvelle appli d’affirmation de soi des ados (30 juin 2020) par Julie Rambal.  Morceaux choisis :

Ils maîtrisent les outils sociaux mieux que quiconque : « Ils en ont fait un espace d’expression, d’information et d’émancipation, qui montre une parfaite maîtrise des réseaux sociaux, à un âge toujours plus précoce », ce qui veut dire que notre interprétation de « vieux » est souvent à côté de la plaque face à des interactions qui nous échappent complètement.
« Un espace pour se lâcher. Avec un aspect très collaboratif : chacun met son grain de sel », étonnant pour ces ados qu’on considère comme de plus en plus individuels…
Et Anne Cordier, maître de conférences en sciences de l’information de préciser « Ils ont grandi sur les Facebook et Instagram de leurs parents, et investissent aujourd’hui leur propre identité numérique avec leur smartphone (…) Ils appréhendent TikTok comme un espace d’entre-soi adolescent, qui prolonge les sociabilités du collège et permet de partager des codes, sous le regard des pairs.». Ne serait-ce pas une manière de construire ses propres valeurs, sa propre société ? Mais, de fait, cela peut faire peur aux plus vieux qui ne se retrouvent pas dans ces codes-là.
«Le format de TikTok est intéressant, car il offre une dimension ludique, avec une créativité par ajout: on s’amuse à imiter des chorégraphies ou à utiliser des textes pour se synchroniser dessus. Ce côté «cadavre exquis» vidéo représente un des éléments importants de la culture TikTok aux yeux des adolescents », dixit le sociologue Olivier Glassey, spécialiste des usages du numérique à l’Université de Lausanne. Il est donc ainsi question de créativité, ce que de nombreuses générations avant celle-ci a complètement étouffé avec les systèmes d’enseignement sectorisés. Pourtant, force est de reconnaitre que la créativité est bien nécessaire dans un monde où tout est à construire autrement.

Et si le problème était ailleurs ? Comme le précise l’article : « Mais les Z ont compris que tout le monde s’en fout » (…) Durs, les nouveaux ados? Plutôt aiguisés à la pensée critique à l’égard de la parole verticale des adultes, en tant que première génération ayant réellement grandi avec des espaces d’information et de communication entre pairs à disposition. De quoi se forger une opinion personnelle précoce… » car Tik Tok est engagé : LGBT+, Black Lives matters,… Parallèlement, on découvre également une génération très lucide sur les politiques des données et je rajouterai, mieux éduquée que la génération Millénials et Y qui découvrent ce que l’on fait avec leurs données lorsqu’ils sont confrontés à certaines réalités (dans mon cours sur les données urbaines et personnelles, fines de cycle Master, UMONS). C’est également une génération usant et abusant des gestes, codes visuels, etc., car tout est maintenant visuel tout en créant « des mini-débats autour des vidéos ou échangés sur la véracité des images, afin de savoir si la source est bonne, car ils sont sensibles à tout ce qui est faux. ». Pas si cons, hein ? C’est la génération Greta Thunberg ! sont sont des trolls killers.

Et en conclusion : « «Ils essaient de mettre en place une forme d’autorégulation en disant qu’ils n’aiment pas la maltraitance et veulent préserver leur univers, poursuit Anne Cordier. D’ailleurs, cette génération sait très bien tirer profit de tous les espaces proposés, avec une utilisation ciblée de chaque réseau social. Ils ont de quatre à six comptes, plus ou moins actifs, et choisissent ce qu’ils montrent, en privé ou public, ici ou là.».Malheureusement, les adultes sont en train d’envahir ce réseau et les Z devront alors faire un choix : rester ou quitter, tout simplement. Ils sont libres.

À suivre donc… Belle journée à vous et merci de votre lecture.

Pascal SIMOENS Architecte et urbaniste, Data Curator. Expert Smart Cities. J’ai commencé ma vie en construisant des villes en Lego, j’en ai fait mon métier. Geeks invétéré, aujourd’hui je joins mes passions du numérique et de la ville au travers d’une expertise smart Cities et smart buildings en travaillant en bureau d’étude et j’enseigne cette même expertise à l’UMONS et l’ULB.

Quelques sources pour approfondir la question :
Top 10 des plus gros influenceurs français sur TikTok

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s