meilleurs voeux… et chinoiseries

Ce début d’année est toujours le moment pour prendre toutes les bonnes résolutions que nous n’avons pas su tenir l’année précédente. Toutefois, et ça m’a troublé à plus d’un titre, nombre de personnes m’ont répondu : « ne te lance pas dans des résolutions que tu ne pourras pas tenir »… étaient ils réalistes ?…

Ou avaient ils perdu toute foi en leurs chemins de vie personnels au point de ne même plus croire en eux-mêmes et leur possibilités de se surpasser ? Le temps est-il si morose que tout le monde ne croit en plus rien ? Tout le monde semblant attendre le déluge après la tempête de 2008. Alors à quoi bon prendre des bonnes résolutions ?….

Mais je suis d’un naturel optimiste et je désirais donc vous faire part de trois bonnes résolutions :

 

1 résolution : Demander aux responsables politiques belges d’arrêter de nous prendre pour des cons.

 En effet, nous avons un nouveau premier ministre… mais pour de faire dans un pays où 55% de la population a voté pour des partis défendant des causes que 45% du reste de la population refusent de discuter. Tout cela dans un grand individualisme communautaire réciproque. Nous disons tous que la crise économique est plus importante que les problèmes linguistiques. Certes, mais alors faisons leur savoir notre point de vue !

2 résolution : tordre le coup au « pouvoir d’achat » 

J’ai faillit tomber de ma chaise quand j’ai entendu à la radio que les priorités des belges francophones avaient évolué entre 2008 et 2009. En 2008, c’était les économies d’énergies et l’environnement. En 2009, c’est le pouvoir d’achat. C’est bizarre, moi, je pensais que c’était la même chose. Si on fait des économies d’énergies, on a plus d’argent de poche, non ? Mais c’est vrai qu’à force d’entendre tous les responsables politiques parler de pouvoir d’achat, les gens y croient.  Quand on se dit que ce fameux slogan du « pouvoir d’achat » a été lancé parce que les gens ne savaient plus se chauffer avec l’augmentation du baril de pétrole et que ce même baril coûte aujourd’hui 4x moins cher, il semblerait que le peuple ne dicte plus la réalité de ses besoins mais que c’est bien le politique qui orientent les besoins du peuple afin de couvrir l’incapacité de diriger le pays depuis les dernières élections. Un peu comme l’explique Platon dans la « République ». Lorsque les sages discourent des sujets bons pour le peuple. Le miroir aux alouettes de la caverne n’est pas loin ! Mais n’êtes vous pas libres de penser ?

3 résolution : ma petite entreprise ne connaît pas la crise.

Entre août et novembre 2008, Wall Street a perdu de la valeur boursière équivalente au coût de la seconde guerre mondiale pour les Etats-Unis ! Rien que ça. A contrario, toute la nouvelle industrie liée au développement des énergies renouvelables devrait créer 220.000 emplois en France avant 2012 … et malgré la crise, soit 10% du taux de chômage français.

Toutes les crises, et au plus fortes sont-elles, ont permis à l’humanité de rebondir… et quand elle ne l’a pas fait ce fut la guerre : 14-18 et 40-45. Aujourd’hui, le chalenge sociétal est d’agir sur les enjeux planétaires climatiques et de la répartition des richesses. Agissons.  Aujourd’hui, bien que restant vigilants, nous devons traduire de nouveaux enjeux sociétaux. Les changements climatiques, eux, ne connaissent pas non plus la crise et nous devons préparer aujourd’hui les résolutions environnementales qui devront devenir des actes concrets au niveau politique

Pour vous en convaincre, je vous lis ce qui suit :

 Selon l’OMS et l’Unicef, l’absence d’eau potable et de moyens d’assainissement adéquats a des conséquences disproportionnées sur les jeunes enfants. Chaque année, 1,9 million d’enfants de moins de cinq ans meurent de maladies diarrhéiques dans les pays les plus pauvres, soit plus de 5 000 décès par jour et dans près de 90 % des cas la mauvaise qualité de l’eau et des moyens d’assainissement inadéquats sont en cause. Le risque de décès par diarrhée d’un nourrisson en Afrique subsaharienne est 500 fois plus élevé que dans un pays développé. La diarrhée peut aussi conduire à une malnutrition grave, un phénomène qui contribue chaque année au décès de 6 millions d’enfants, c’est-à-dire à plus de la moitié de la mortalité de l’enfant dans le monde.

Volontairement, je n’ai pas voulu prendre un sujet sur la pollution telle que nous sommes abreuvé chaque jour à la télévision. Non, c’est juste un sujet environnemental, la question de l’eau, liée à l’exploitation des rivières et sources dans un monde en guerre. 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s