RE-Blog : Xiong’an , la nouvelle ville de logements post COVID-19 en Chine

Temps de lecture : 3 minutes
Mots clés : China, urban planning, architecture, COVID-19

Comme souvent, la Chine présente une résilience phénoménale face à un problème qui survient. Ce fut le cas lorsque ce pays a pris conscient qu’il devait être durable ou mourir. Aujourd’hui, la Chine est le pays qui dépense le plus d’argent au monde pour le développement durable de ses villes. Il en est à nouveau de même pour la crise COVID-19 où la création de nouvelles villes (un sujet toujours d’actualité aujourd’hui pour eux) s’est transformée en réflexion sur l’habitat en confinement.

La ville nouvelle de Xiong’an, située dans la province du Hebei, c’est à dire la périphérie large de Pékin et comprenant 72 millions d’habitants est donc le premier exemple de demande par l’état aux architectes de réfléchir à cette problématique. Reconnaissons tous que ce sujet est neuf, mais pour autant, les architectes ne partent pas de rien dans les démarches « smart & sustainable ». Cela n’empêche pas de mettre en exergues la pertinence de certains concepts déjà énoncés au travers de l’exercice de style qu’est le concours.

Le projet lauréat a été gagné par le bureau Barcelonais Guallart, la nouvelle génération d’architectes qui maitrisent pleinement les outils numériques paramétriques et leur permet de sortir des carcans traditionnels de l’architecture. En ce qui concerne le projet chinois, les architectes s’expriment comme suit sur le site e-Architect : La proposition présentée sous le titre «la ville autosuffisante» définit un modèle urbain, qui fusionne les blocs urbains européens traditionnels, les tours chinoises modernes et le paysage agricole productif. Ce nouvel environnement urbain où les gens peuvent vivre, travailler et se reposer permettra à leurs résidents de produire des ressources localement tout en étant connectés globalement, offrant une vie bien remplie même dans les moments d’enfermement.

«Nous ne pouvons pas continuer à concevoir des villes et des bâtiments comme si de rien n’était», dit Guallart, «Notre proposition découle de la nécessité d’apporter des solutions aux différentes crises qui se déroulent en même temps sur notre planète, afin de créer un nouveau la vie urbaine basée sur la bioéconomie circulaire qui renforcera les villes et les communautés ». Plus précisément, le projet est conçu comme des couches d’oignons, définissant différentes fonctions nécessaires à la vie humaine à différentes échelles, de la maison, au bâtiment, en passant par la communauté. Les quatre blocs, qui seront construits en utilisant du bois massif et des solutions de conception passive, auront un programme d’utilisation mixte comprenant des appartements, des résidences pour jeunes et vieux, des bureaux, une piscine, des magasins, un marché alimentaire, un jardin d’enfants, un centre administratif et une caserne de pompiers, entre autres programmes. Tous les bâtiments seront couverts par des serres qui permettront de produire de la nourriture pour la consommation quotidienne et d’utiliser leurs toits en pente pour produire de l’énergie. Au rez-de-chaussée, de petites usines numériques de co-working permettront d’utiliser des imprimantes 3D. Tous les appartements auront une grande terrasse exposée plein sud, qui agit comme un régulateur thermique, et sera un espace fondamental en période de confinement permettant aux résidents de jouer, de se reposer et de travailler. De même, les foyers seront préparés à disposer d’espaces de télétravail et seront connectés aux réseaux 5G, créant ainsi des réseaux sociaux à l’échelle du quartier pour l’échange de ressources.

Résumons : bâtiments qui tendent vers une construction 0 carbone, bâtiments flexibles et autonomes. Il reste la question de l’urbanité de » ce type de programme à l’échelle de la ville, car des bâtiments autonomes les uns à côté des autres ne fait pas de la ville pour autant. Toutefois, gageons que nous sommes sur la bonne voie pour le développement d’une ville plus durable, peut-être grâce au COVID ?

À suivre donc… Belle journée à vous et merci de votre lecture.

Quelque(s) lecture(s) supplémentaire(s) :

Xiong’an nouvelle ville de logements post-concours COVID en Chine, e-architect, 7 août 2020

Pascal SIMOENS Architecte et urbaniste, Data Curator. Expert Smart Cities. J’ai commencé ma vie en construisant des villes en Lego, j’en ai fait mon métier. Geeks invétéré, aujourd’hui je joins mes passions du numérique et de la ville au travers d’une expertise smart Cities et smart buildings en travaillant en bureau d’étude et j’enseigne cette même expertise à l’UMONS et l’ULB.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s